D'où vient l'astrologie ?

Redigé par Aurélie
Les hommes depuis l'Antiquité se sont rendu compte qu'il existait une étroite relation entre les phénomènes terrestres (changement des saisons) et le mouvement des astres. Dès lors ils recherchèrent le lien entre ciel et terre, une cause céleste impliquant un effet visible sur Terre. En fait, c'est en observant la position de la lune et du soleil, et de son influence sur les marées, que les hommes ont pris réellement conscience qu'il y avait un lien entre le mouvement des planètes et les conséquences observables physiquement dans la nature. Ainsi naquit le calcul des éphémérides et des calendriers.

L'astrologie serait apparue il y a 3000 ans avant Jésus-Christ à Sumer. En effet, ce sont les Chaldéens qui ont commencé à observer les planètes, mais l'astrologie considérée comme une science mathématique vient des Grecs. Les Grecs ont rationalisé l'observation des planètes, ils ont tenté d'en faire une science. Avant eux, l'astrologie ne consistait qu'à observer les planètes et à déduire leur influence concrète sur la terre, par rapport à leur mouvement.

C'est à Alexandrie que l'astrologie prit son envol. Au IIème siècle, la cité égyptienne était le pôle culturel le plus important de toute la Méditerranée. C'est ici que se sont rencontrées les cultures grecques, égyptiennes et mésopotamiennes. Grâce à Claude Ptolémée, toutes ces connaissances issues de cultures divergentes vont être réunies et, ainsi naquirent les principes fondamentaux de l'astrologie en 140 après Jésus-Christ. Ptolémée était un grand mathématicien et un astronome fort reconnu à l'époque. C'est lui qui transmit la tradition astronomique grecque, qui s'imposera d'elle-même en Europe jusqu'au 17ème siècle. Bien que le premier horoscope soit d'origine babylonienne (419 avant Jésus-Christ), l'on peut affirmer que c'est grâce à la science grecque et à Ptolémée, que les horoscopes furent rédigés de façon plus rationnelle, sans eux, nous n'aurions pas su dresser une carte du ciel.

Au IIème siècle avant Jésus-Christ, l'astrologie fait son apparition à Rome. Les Grecs, esclaves des Romains, dévoilèrent à leurs maîtres les secrets de cette nouvelle science. Sous le règne d'Auguste, l'astrologie prit toute son importance, elle faisait partie des mœurs et des coutumes des romains. A ce moment, elle perdit tout caractère religieux pour devenir un art divinatoire.

Au IVème siècle après Jésus-Christ, l'astrologie était considéré par certains comme une science et par d'autres comme une religion. Le Christianisme va rejeter cet art divinatoire, prétextant que c'est une superstition païenne dangereuse. Ainsi, l'astrologie disparaît peu à peu des mœurs, laissant place à la foi religieuse chrétienne. Ce n'est qu'au Moyen-âge, qu'elle réapparaît en Europe, réintroduite par les Arabes.

Saint Thomas d'Aquin introduira de façon définitive l'astrologie dans la pensée chrétienne. Grâce à ses travaux, une chaire d'astrologie fut même créée à l'école de médecine de Bologne, de Padoue et de Milan. De nombreux médecin à l'époque soignaient leurs malades, en tenant compte des principes de l'astrologie.

Le Pape Léon X, également féru d'astrologie, développa les moyens nécessaires à la recherche dans ce domaine. Il créa une chaire d'astrologie à la Sapience. En France, Louis XIV en personne se faisait conseiller par le célèbre astrologue Galeotti. Catherine de Médicis quant à elle suivait les conseils éclairés des astrologues Luc Gauric, Cosme Ruggieri, et Michel de Nostredame, plus communément appelé Nostradamus.

Suite au règne de Catherine de Médicis, les astrologues réputés obtinrent le titre de médecin-astrologue. Des hommes comme Morin de Villefranche, grand astrologue du XVIème siècle, conseilleront Richelieu, avec brio.

L'astrologie présente dans les sociétés avancées


A travers l'histoire nous nous sommes rendu compte que l'astrologie était respectée, écoutée, entendue, dans les sociétés techniquement et intellectuellement évoluées. Son importance ne dépendait donc pas de l'époque, mais des avancées culturelles de la société. Les communautés ouvertes sur le monde, aimaient prendre conseil auprès des astrologues. Les plus grands dirigeants du monde entier (Louis XIV, Catherine de Médicis...) faisaient appel à des astrologues. Pendant la Renaissance, qui est une période riche sur le plan scientifique et culturel, les astrologues intervenaient dans la politique du pays. En Hongrie on fit appel à des astrologues pour décider de la date à laquelle devait être construite l'Université de Presbourg. En Angleterre, les astrologues avaient le statut d'ambassadeurs. Le savoir astrologique était enseigné dans les universités, sans aucun tabou. Puis, vint le Siècle des Lumières, et des philosophes comme Diderot ou Voltaire se mirent à railler l'astrologie. A cet instant, la société monarchique entra dans une période de transition, où tout le savoir fut remis en cause. Colbert interdit aux académiciens d'enseigner l'astrologie, Leibniz, philosophe allemand, déclarait que la " divination astrologique débouchait sur une " illusion pure ". Et pourtant, l'astrologie et l'observation du mouvement des planètes fut l'un des savoirs les plus utiles à la survie des civilisations, plus particulièrement en Egypte.

Les premiers calendriers divinatoires apparurent en Egypte, en Chine et en Amérique précolombienne. Ils sont les prémices de l'astrologie. Les plus connus sont les calendriers divinatoires égyptiens, qu'on appelle également calendriers nilotiques. Ces calendriers ont prit naissance grâce à l'observation des fluctuations du Nil et de la nécessité de prévoir ses crues. En prévoyant les crues du fleuve, les Egyptiens cultivaient leurs terres de façon plus efficace. L'agriculture égyptienne fut donc organisée en fonction des prévisions des calendriers nilotiques. Le Nil en Egypte a toujours été le fleuve de vie, toute la société Egyptienne s'est organisée autour de ce dernier. Les astrologues ne cherchaient pas domestiquer la nature, comme nous le faisons aujourd'hui avec nos moyens techniques modernes, non, ils cherchaient à vivre en harmonie avec elle. La prévision des crues était vitale pour la survie de la communauté.

1500 ans avant notre ère, uniquement en regardant Sirius se lever, les Egyptiens étaient capables de prévoir les crues du fleuve et savaient déterminer la venue d'un nouveau cycle annuel. Chez les Egyptiens, science et religion étaient complémentaires. L'Egypte fut la première civilisation à découper l'année en 12 mois et en 365 jours. Ces calendriers divinatoires, étaient bien différents de l'astrologie telle qu'on la connaît aujourd'hui, ils en ont été néanmoins le point d'origine. Sans cette volonté des hommes à vouloir connaître l'avenir, à vouloir prévoir, l'astrologie n'aurait jamais existé.





Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience.