C'est quoi votre rêve ?

Redigé par Déborah
Le mot « oniromancie » vient du grec « oneiros » et « manteia », signifiant divination. L'oniromancie est donc une méthode permettant de lire l'avenir grâce à l'interprétation des rêves. On pratique cet art divinatoire depuis l'Antiquité, chez les Grecs mais aussi chez le peuple égyptien.

Dans la Grèce Antique, des temples avaient été construits en hommage à Esculape qui symbolisait la divination onirique. Esculape également surnommé Asclépios était le fils d'Apollon. Il avait l'un des rôles les plus importants dans le culte solaire. C'est le centaure Chiron qui fit son instruction. Esculape était représenté par un serpent.

Le sujet pour avoir des rêves prémonitoires suivait une méthode très stricte avant d'aller dormir dans le temple. Avant le rêve, il y avait la période d'incubation. Durant cette période les sujets devaient suivre un régime alimentaire très strict sans viande, ni alcool. Ils devaient faire vœu d'abstinence également. Ensuite le corps était lavé à l'eau froide. S'ensuivait des rites s'adressant aux divinités. Le rêveur une fois recouvert d'huiles et de parfums, respirait une herbe magique pour mieux s'endormir. L'entrée du temple était interdite aux femmes enceintes et aux personnes malades. Le temple devait être protégé d'ondes perturbatrices.

Des statues s'élevaient sur le parvis du temple. Elles étaient spécialement dédiées aux dieux du sommeil et des rêves. Le rêveur allait s'endormir dans une grotte, c'est ici qu'était installé le dortoir. Deux serpents jaunes l'accompagnaient dans son sommeil.

Au réveil, le sujet obtenait les réponses à ses questions.

L'oniromancie était également pratiquée en Orient et principalement chez le peuple égyptien. D'après la mythologie égyptienne, les dieux ont conçu les rêves pour transmettre des messages aux hommes.

Des temples s'adressaient spécialement à l'art des rêves. Les rituels ressemblaient à ceux de l'incubation chez les Grecs. Le dieu égyptien gardien du sommeil était Bes. Il chassait les rêves des hommes mauvais. Entre 4000 ans et 2000 ans avant J.C., on pratiquait couramment l'oniromancie. Au sud du Caire dans la ville d'Abousir, on peut y voir les restes d'un temple autrefois dédié à Imhotep, le dieu guérisseur.

Au Bristish Muséum est exposé un papyrus sur lequel est expliquée la technique pour obtenir une vision de la part de Bès. Le magicien préparait une encre spécialement conçue pour la prémonition. Du sang de vache était mélangé à du sang de pigeon et on y ajoutait de l'encre, de l'encens, du jus de mûre, de la myrrhe, de l'eau de pluie, du jus d'armoise, du sulfate de mercure et de la vesce.

Le voyant se munissait d'une bande de tissu noir consacré à Isis. Il l'enroulait autour de sa main gauche et l'autre autour du cou. Ensuite il s'éloignait pour aller dormir. Durant la nuit, Bès venait lui délivrer son message. On retrouve ce genre de pratique en Europe bien des siècles plus tard. L'oniromancie fait partie de notre histoire collective. Il nous arrive aussi parfois, en tant qu'individu, de rêver un événement futur. Chaque rêve de toute façon a une signification, Freud aura su nous éclairer sur le rôle de l'inconscient. Tout a une valeur symbolique. Après tout n'est qu'une question d'interprétation et surtout d'intuition.

Le rêve fait partie intégrante de notre vie. Il est un guide précieux. Si vous souhaitez vous initier à l'interprétation des rêves, alors commencez par noter au réveil les rêves que vous avez faits dans la nuit, c'est une première étape indispensable. Cela vous permettra de mieux vous connaître et parfois au milieu de ses rêves, se trouvent aussi des rêves d'avenir.

Les rêves prémonitoires se font en majeure partie entre trois et sept heures du matin, période dans laquelle nous sommes dans la phase du sommeil paradoxal. L'interprétation des rêves relève d'une analyse très fine qui parfois prend des chemins insolites au premier abord mais qui suivent une logique symbolique intemporelle.

En voici un exemple:
"C'est un rêve qui revient de façon récurrente, un chat noir m'attaque. Je tente de fermer une porte puis l'animal saute sur mon dos, les griffes agrippées. Parfois j'arrive à tuer le chat, parfois je parviens à lui couper la tête. Ou bien, je le noie mais il ne meurt pas. Pas moyen de le fuir, ce chat arrive toujours à revenir à moi."

Rêver d'un chat noir (comme le croiser) est traditionnellement de mauvais augure, mais il est ici question de plusieurs actions différentes avec ce chat. Tuer l'animal se traduit par le fait que cette personne va mettre fin à une relation dans laquelle il y a eu trahison. Lui couper la tête indique que cette personne va vivre une rupture qu'elle aura décidée, mais qu'elle va sans doute rencontrer une autre personne ensuite, susceptible de la trahir encore. Noyer l'animal indique le besoin de contrôle sur une personne susceptible de la trahir. Ce rêve est fait par cette femme avant chaque trahison qu'elle a vécue.